Pourquoi parle-t-on de certificat d’homologation ?

En France tout véhicule motorisé doit avoir un certificat d’homologation pour circuler sur la voie publique.
Un vélo à assistance électrique est dans un premier temps soumis aux mêmes exigences légales de sécurité qu’un vélo musculaire. En revanche, la présence d’un moteur le contraint à des règles supplémentaires. Si certains aspects du code de la route peuvent varier d’un pays à l’autre concernant ces vélos, il existe une base commune aux pays européens.
Par exemple, pour assurer la sécurité des cyclistes, la norme NF EN 15194 encadre la conception des vélos et l’application d’un contrôle de sécurité sur ces derniers. Elle définit également les principaux critères qui permettent de faire une distinction claire entre un vélo à assistance électrique et un cyclomoteur. On peut notamment observer 3 critères capitaux :

  • L’assistance est bridée à 25 km/h.
  • L’assistance moteur doit se couper lorsque le cycliste cesse de pédaler.
  • La puissance nominale maximale du moteur ne doit pas dépasser 0,25 kW.

Cette norme s’applique à tous les vélos à assistance électrique, qu’il s’agisse d’un vélo classique, d’un biporteur, d’un triporteur, d’un vélo rallongé ou même d’un vélo pliant.

Quel certificat d’homologation pour mon vélo ?

Mon vélo est-il homologué ?

Vous trouverez ci-dessous les certificats d’homologation, à jour, classés par marques. Ils sont à télécharger en format PDF
Il est nécessaire pour toute demande de subvention de la part de l’état ou de votre commune

Nos vélos à assistance électrique

Chez «Pro Vélo » nous proposons dans notre catalogue uniquement des marques de vélos certifiés et conformes aux exigences de sécurité. Les garanties des constructeurs vous permettront de rouler en toute sérénité. Ils garantissent des tests fiables et une homologation réalisés par un organisme compétent pour éviter toute mauvaise surprise.

Les speedbikes sont considérés comme des cyclomoteurs et sont par conséquent soumis à une toute autre législation.